10 raisons de choisir le Symbole des Producteurs Paysans

Symbole des Producteurs Paysans

Le seul label de commerce équitable exclusivement dédié à l’agriculture familiale

raison #1

D’une manière générale, le commerce équitable n’est plus aujourd’hui réservé aux seuls petits producteurs. Les labels s’adressent aussi aux plantations agro-industrielles.
Le Symbole des Producteurs Paysans, pour sa part, considère que l’intégration des plantations conduit à une concurrence déloyale marginalisant les organisations de petits producteurs au sein même du commerce équitable.
Cette contradiction pénalise l’alternative équitable dans ses fondements : le commerce équitable n’est-il pas censé apporter une réponse aux producteurs marginalisés ?

L’agriculture industrielle de grande plantation est en concurrence directe avec la production paysanne pour l’accès à la terre et pour l’accès à l’eau d’irrigation. Son fonctionnement est souvent articulé à la présence d’une agriculture paysanne appauvrie ou de paysans sans terres qui offrent une main d’œuvre saisonnière peu onéreuse.

Au cours des dernières décennies en Amérique latine, la fragilisation de l’économie paysanne a provoqué un exode rural qui va de pair avec une reconstitution des grandes haciendas, en particulier dans les anciennes zones de réforme agraire.

Faire le choix du Symbole des Producteurs Paysans revient à soutenir l’agriculture paysanne pour la rendre viable et freiner les phénomènes de re-concentration des terres, préjudiciables aux paysans.

Ce label donne une définition précise du petit producteur

raison #2

Pour ce label, un petit producteur est celui qui exploite en famille une petite surface. Afin de pouvoir le vérifier sur le terrain lors des contrôles de certification, le Symbole des Producteurs Paysans a défini une surface maximale de 15 hectares par famille, notamment pour le café et le cacao.

Il est admis qu’au maximum 15 % des membres de la coopérative peuvent cultiver jusqu’au double de cette surface. A l’opposé, pour des cultures comme le quinoa, la banane ou les plantes aromatiques, des surfaces plus petites ont été définies en accord avec la réalité de chaque contexte.

Privilégier les petites surfaces a pour conséquence d’écarter l’agriculture patronale qui utilise de façon structurelle de la main d’œuvre salariée. Dans le cadre de l’agriculture paysanne de petites surfaces, la main d’œuvre est recrutée occasionnellement pendant les pics de travaux comme la récolte. Il s’agit le plus souvent de paysans de la communauté dans le cadre d’un « travail réciproque » ou bien de système d’entraide traditionnell, comme les minga ou les combits créoles.

Le travail des enfants est bien évidement prohibé. Si la participation au travail agricole des adolescents est autorisée, elle ne se fait que dans un cadre d’apprentissage et ne doit en aucun cas être une entrave à la poursuite de la scolarité.

De fait, offrir à ses enfants la possibilité de suivre une formation universitaire reste souvent un enjeu majeur pour les familles paysannes.

L’exportation est maitrisée par les producteurs

raison #3

Le principe d’une commercialisation maîtrisée par les coopératives elles-mêmes a pour but d’accroître la part de rémunération pour les producteurs.

Le Symbole des Producteurs Paysans n’autorise donc pas l’agriculture sous contrat qui permet à des exportateurs privés de collecter des produits auprès des producteurs pour les revendre à des tiers, même aux conditions du commerce équitable.

Ces exportateurs enregistrés par des certificateurs équitables confisquent aux producteurs ce rôle essentiel d’exportateur, les privant d’une part substantielle de la valeur ajoutée. Passé ce point éminent crucial, si l’agriculture sous contrat peut paraître efficace d’un point de vue opérationnel, elle ne permet pas d’accroître la capacité de négociation et la connaissance des marchés par les producteurs.

Le Symbole des producteurs Paysans privilégie donc l’achat direct aux organisations de petits producteurs. Celles qui ne maîtrisent pas les fonctions d’exportation, peuvent demander le soutien des coopératives plus expérimentées.

La chaine commerciale du Symbole des Producteurs Paysans cherche bien à être la plus courte possible. Toutefois, des transformateurs ou des prestataires de service peuvent intervenir dans la chaine commerciale à deux conditions : ils doivent apporter un service réel que les producteurs ne peuvent assumer eux-mêmes et leur intervention ne peut se faire qu’avec l’accord de l’organisation de producteurs d’un côté et de l’acheteur final de l’autre. C’est le cas, par exemple, de nos chips : un atelier transforme au Pérou les pommes de terre natives de la coopérative Agropia en chips.

De bien meilleurs prix

raison #4

Le Symbole des Producteurs Paysans garantit les prix les plus rémunérateurs.

La définition d’un prix rémunérateur dans le cadre de l’agriculture familiale évolue en fonction du développement économique de chaque pays. Dans le cadre du Symbole des Producteurs Paysans, ce sont les producteurs qui fixent les prix minimums garantis. Ce mécanisme assure un niveau d’exigence maximum pour les consommateurs et un impact économique évident chez les producteurs.

Le choix de confier les audits aux organismes de certification biologique est le plus efficace

raison #5

La réalisation des audits du Symbole des Producteurs Paysans par le certificateur bio de la coopérative est une garantie d’indépendance, mais aussi une source de plus grande efficacité. La plupart des organisations de petits producteurs ayant également une certification biologique, c’est le même auditeur qui, après la bio et au cours de la même visite, contrôle les critères d’engagement du Symbole des Producteurs Paysans. Le fonctionnement est identique au Nord pour les acheteurs.

8 entreprises de certification de l’agriculture biologique reconnues pour l´Union Européenne sont accréditées pour réaliser les audits du Symbole des Producteurs Paysans.

La gestion opérationnelle du Symbole des Producteurs Paysans repose sur FUNDEPPO, une association à but non lucratif basée au Mexique et administrée par les organisations de producteurs.

Elle définit les cahiers des charges et les procédures d’application, mais n’intervient pas dans la phase de certification. FUNDEPPO se contente d’accréditer les entreprises de certification.

La garantie d’une traçabilité physique

Raison #6

Pour certains produits, les filières de commerce équitable permettent le mass balance, c’est-à-dire une traçabilité documentaire sans qu’il y ait nécessairement concordance physique entre les matières premières achetées et les produits finis fabriqués.

Pour plus de garantie et de transparence, le Symbole des Producteurs Paysans impose une traçabilité physique tout au long de la chaîne.

Il n’y a aucune raison que le commerce équitable fasse moins bien que l’agriculture bio et sa règle d’or de la traçabilité physique.

Pour le Symbole des Producteurs Paysans, la traçabilité physique totale est un principe de base.

La règle des produits composés

Raison #7

Pour le Symbole des Producteurs Paysans, tout ingrédient qui existe sous condition Symbole des Producteurs Paysans, doit être acheté auprès des coopératives certifiées. Ainsi dans nos tablettes de chocolat, le cacao et le sucre sont issus du commerce équitable.

Un produit qui porte le label Symbole des Producteurs Paysans, contient au moins 50 % d’ingrédients Symbole des Producteurs Paysans, là où d’autres labels ne demandent que 20%.

Le consommateur sait donc que l’impact au Sud est significatif. L’application du Symbole des Producteurs Paysans sur un produit n’est pas un outil de marketing, mais une véritable garantie pour le consommateur.

Le seul label de commerce équitable qui appartient aux producteurs eux-mêmes

Raison #8

Le Symbole des Producteurs Paysans est le premier label de commerce équitable qui appartient à un réseau de producteur du Sud. C’est le résultat de 25 ans d’expérience des organisations de producteurs latino-américaines au sein du système Fairtrade Max Havelaar – FLO.

Il est important de noter que les acheteurs finaux s’acquittent de 1 % de la valeur des importations sous le Symbole des Producteurs Paysans à FUNDEPPO. FUNDEPPO utilise cette contribution pour le fonctionnement et la gestion du label et réserve au moins 15 % du budget global à un fonds d’appui à la certification SPP. Des mécanismes d’appui aux réseaux nationaux de producteurs existent également.

Acheter des produits avec le Symbole des Producteurs Paysans, c’est contribuer au renforcement économique des organisations de producteurs et de leurs institutions au Sud. Cela renforce leur voix dans la société civile.

Un label qui s’adresse aux entreprises qui s’engagent pleinement dans une démarche de commerce équitable

Raison #9

Les entreprises dont l’objectif est de l’ordre du marketing, de la communication ou qui veulent occuper un segment de marché en croissance, sont souvent bien mal de respecter les exigences du Symbole des Producteurs Paysans.

Chaque entreprise utilisatrice du Symbole s’engage à respecter un code de conduite. Cet engagement ne concerne pas seulement les activités commerciales sous le label Symbole des Producteurs Paysans, mais aussi l’activité commerciale en de l’entreprise dans sa totalité.

Les marques s’engagent à acheter dès la première année au moins 5 % de leur produit sous condition Symbole des Producteurs Paysans et faire croitre leurs achats pour arriver au bout de 5 ans à 25 % de l’activité par famille de produit de l’entreprise.

Globalement les politiques du Symbole des Producteurs Paysans favorisent le niveau d’engagement.

Les acheteurs de SPP s’engagent à préfinancer 60% des récoltes des producteurs

Raison #10

Ce préfinancement se fait soit directement par l’acheteur, soit via des systèmes de crédit d’économie solidaire. Il s’agit de la règle la plus stricte de préfinancement en ce qui concerne le commerce équitable.